Perahia Galerie d'art Combas Erro Orlinski Weisbuch Tobiasse Toffoli
Salvador DALI
Gladiolus
Gravure originale
Contact & commander
Ajouter à ma galerie


Salvador DALI

Né à Figueras le 11 Mai 1904 et disparu en 1989, considéré comme l'un des principaux représentants du Surréalisme, Salvador Dali est l’un des artistes les plus fameux du XXe siècle. Génie protéiforme, cultivant l'extravagance et l'autocélébration, Salvador Dalí pratiqua une forme d'art de l'inconscient dont il eut la révélation en lisant Freud.

Élève rêveur et indiscipliné jusqu'à son entrée à l'École des beaux-arts de Madrid, Salvador Dalí se place à la croisée de plusieurs influences, qui mêlent les réalismes hollandais et espagnol, l'impressionnisme et le cubisme. C'est à Madrid qu'il fait la connaissance de Luis Buñuel, tandis que De Chirico et la "peinture métaphysique", Magritte ou encore Miró décident de sa vocation, qui s'affirme dès 1927 par un style à l'exécution minutieuse au service de représentations oniriques.

C'est après un premier voyage à Paris qu'il "s'insinue" dans le surréalisme, selon le mot d'André Breton. Sa contribution au mouvement est moins celle du peintre que de l'auteur, avec Buñuel, d'Un chien andalou (1928). À peine moins déterminante est sa part dans la réalisation de l'Âge d'or (1930), qui restera longtemps interdit.

Dalí, qui a pour compagne et inspiratrice Gala Éluard, est le pourvoyeur d'un feu d'artifice ininterrompu. Il a "une idée par minute", de préférence incongrue ou obscène, mettant au service du mouvement surréaliste une publicité ingénieuse et tapageuse. Malgré le reniement de Breton, en 1934, l'art hallucinatoire de Dalí relève bien de l'esthétique surréaliste résumée par cet aphorisme : "La culture de l'esprit s'identifiera à la culture du désir."

Sa vie et son œuvre se confondent dans une imposture générale qui pourrait bien être aussi une œuvre d'art digne de forcer, sinon l'approbation, du moins une attention moins sceptique. Un musée Dalí, dont le peintre sera lui-même le promoteur, sera créé en 1974 à Figueras, où verra aussi le jour en 1984 la fondation Gala-Salvador-Dalí. Cinq ans plus tard, c'est elle qui recevra le corps de l'artiste.

Unique par sa personnalité et son génie créatif, il est l’un des plus grands peintres, dessinateurs et coloristes, sculpteurs de son temps. Résumant à lui seul toutes les contradictions du XXe siècle dans ses rapports avec l’art, la religion, l’argent et la politique, ses innombrables facéties avaient pour but ultime de lui donner la liberté nécessaire à l’épanouissement de son art.